Accents.pngDepuis nos années scolaires, nous savons que notre belle langue française s'écrit avec des accents. Non pas l'accent lorrain, l'accent du Nord ou du Midi, mais l'accent sur nos lettres composant nos mots. Ainsi pour l'accent aigu que l'on retrouve sur la lettre é de "l'été", l'accent grave se retrouve sur la lettre è de "frère". Oublions le petit chapeau de l'accent circonflexe que l'on trouve en coiffure du mot "tête" pour nous consacrer aux deux précédents : le grave et l'aigu.

Blanche-Marie était la fille de l'instituteur Monsieur Pierre SUSSET qui a exercé en notre village de 1929 à 1937. Jeune fille très sympathique, elle faisait preuve d'une réelle personnalité et ne se démontait pas devant les difficultés. Au cours de ses études secondaires, elle rencontrait un problème avec l'accentuation : fallait-il mettre un accent grave ou un accent aigu ? Bonne question mais cruel dilemme ! Partisane de la neutralité, elle surmontait la difficulté en créant l'accent droit, oui bien sûr le tiret vertical ambivalent que l'on pouvait traduire à sa guise.  Et cette nouveauté n'avait pas échappé à son professeur au moment de la correction des copies : " Nous saluons aujourd'hui l'invention d'un nouvel accent par Blanche-Marie, il s'agit de "l'accent droit" !  Assemblée scolaire plutôt souriante saluant la naissance éphémère de ce nouvel accent, suivie de la méthode simple pour déceler le grave de l'aigu, preuve d'une orthographe selon les règles déterminées.

L'école, en ce temps là, savait mettre l'accent pour bien écrire le français....


Jean SPAITE   Avril 2014