Il n'y a pas que dans le quartier du "Camp", route d'Ogéviller, que ça se construit. Sur le "Chemin de la Maxelle" une maison nouvelle sort de terre. C'est Monsieur Bertrand L. qui construit sa nouvelle demeure. Ce jeune papa qui habite avec son épouse à Fréménil au 1 Rue de la prairie, tout près de l'église, a été séduit par notre petit village et a décidé d'y construire son toit.

Maisons nouvelles Septembre 2013

On ne peut qu'être surpris par l'évolution de l'urbanisation de ce chemin initialement typiquement rural puisqu'il permettait la desserte du "Cougnot" planté de "saulcy" (saussis), ces terrains produisant les "soles", ces brins d'osier permettant de produire des paniers, des charpagnes et des bongeottes, sortant des mains expertes de nos vanniers locaux. On accédait bien évidemment aux champs labourés et aux boqueteaux de la "Vannox" (prononcer vannoff) où se trouve la source du ruisseau de la Maxelle qui coule latéralement au chemin du même nom. Ce chemin de la Maxelle, c'était aussi l'itinéraire des enfants BAGARD qui, depuis "la Baraque", venaient à pied à l'école de Fréménil, équipés de leurs sacs de classe mais également du "pot de camp" que leur avait préparé leur maman pour le repas de midi. Tout cela, c'était au début du siècle dernier, au temps où le "tacot", le brave LBB, signalait son arrivée sur le passage à niveau du-dit chemin par un coup de sifflet prolongé pour assurer la sécurité.  Comme le temps passe, c'est fou!

La première maison élevée sur le chemin de la Maxelle a été celle de Monsieur Claude DREYFUSS (aujourd'hui Jacquy F.) en 1978.
Puis vinrent successivement :

  • Maurice VILLEMAN    en 1992  (pavillon de jardin)
  • Jean-Louis C.            1993
  • Sébastien  R.           2004
  • Damien     C.            2006  (maison Nobless)
  • Sébastien  B.           2007  (maison Nobless)
  • Renaud     S.            2008
  • Olivier    B.                2011
  • Bertrand   L.             2013

Au total 8 maisons neuves (dont un pavillon de jardin) pour la période 1992-2013 (21 ans). La période précédente (1978-1992) n'ayant vu qu'une seule maison sortir de terre (en 14 ans), on peut parler d'une véritable accélération de l'urbanisation dans ce quartier. On pourrait même ajouter dans ce même secteur la maison de Mme Nicole B.(aujourd'hui Mme M.), sentier du Haut des Meix en 2008. Ce qui porte alors le total de constructions nouvelles à 9 maisons sur 21 ans [et 10 sur 35 ans].     .

Il reste encore des terrains à bâtir dans ce quartier. Nul doute que les années qui suivent vont confirmer cette possibilité. Les maisons nouvelles ont pour corollaire une évolution démographique positive. Notre village est en train de revivre.  Rappelons qu'au dernier recensement effectué début 2013 la population de notre village s'élevait à 208 habitants. Nous sommes encore loin des 312 habitants de 1836, mais nous nous éloignons du chiffre minimum de 1966 : 110 habitants.


Jean SPAITE Septembre 2013