Dans notre billet du 30 Octobre 2008 relatif à l'évocation du 11 Novembre 1918, nous avons eu l’occasion de publier une photographie du poste de TSF du Régiment d'Artillerie stationné à Fréménil, photo prise en Mars 1918. Sur cette photo, on voit à gauche Georges LECQUES et à droite Charles SPAITE qui sera dix ans plus tard mon papa. Le poste de TSF est particulièrement encombrant et il s'agit rappelons-le de télégraphie sans fil.
 
La  paix enfin revenue, Charles SPAITE avait gardé de cette période militaire une très bonne connaissance de la pratique du MORSE, mais aussi une attention particulière à l'évolution de ce qui va devenir la Radiophonie. Les premiers postes radios à disposition du public sont relativement chers, et les stations et leurs programmes sont limités. C'est aux environs de 1930 que les "postes de TSF" vont connaître un véritable développement. La maison PHILIPS sort en 1932 un poste dont la silhouette rappelle la "boîte à jambon", ce qui lui vaut d'être appelé ainsi et surtout d'être proposé à un prix attractif pour les acheteurs.
Sa "carte d'identité" technique est la suivante: 

      PHILIPS 830 A
      Poste super inductance
      Gammes d'ondes : PO 200/600, GO 850/2000
      Dimensions     : Haut. 49cm. x Larg. 41cm.x Epais.22cm.
      Poids          : 11,5 Kg.
      Prix           : 2.600 Fr.


Ce poste nécessite la connexion avec une antenne extérieure, et une prise de terre est conseillée. Avec ses 11,5 Kg plus un emballage et un volume encombrant, le transport de ce matériel est loin des portables que nous connaissons aujourd'hui. Pendant la deuxième guerre mondiale, il a permis de recevoir les messages de Londres, avec brouillage! "Les Français parlent aux Français" En dépit des difficultés d'écoute, il a bien rempli sa mission. Et la paix revenue, les postes de radio ayant fait d'énormes progrès, la "boîte à jambon" est devenue désuette et elle a fait place à un poste plus moderne. Exit le PHILIPS 830 A repris par le vendeur du nouvel appareil.
Radio Philips 830A 1932
Il y a quelques années, à la faveur d'une visite au château de Lenoncourt (54) j'ai eu la bonne fortune de retrouver en exposition une "boîte à jambon" des années 1930. Je vous la présente aujourd'hui, non sans émotion. A ceux qui ont connu ces "TSF", elle rappellera des souvenirs. Pour les plus jeunes, habitués des transistors, il s'agit d’une découverte...avec étonnement. Le  présent billet nous donne l'occasion d'évoquer tous les radios militaires, tous les transmetteurs, et tous les amateurs radio. Par Saint GABRIEL, Vivent les Transmissions !

Jean SPAITE   Octobre 2011