Fréménil, un village lorrain

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

samedi, janvier 27 2018

Pour les amoureux des trains (Janvier 2018)

 Pour les amateurs ferroviaires qui s'intéressent aux autorails ayant circulé sur le réseau LBB, nous avons retrouvé des renseignements techniques relatifs aux commandes réalisées auprès du constructeur DE DION-BOUTON au siècle dernier , dont les usines étaient situées 36 Quai national à PUTEAUX.

Commande_Autorails_LBB.jpg

Jean SPAITE  Janvier 2018

Découvrez la généalogie

Que de fois n'avez-vous entendu cette réflexion:" Mais on est tous cousins !"

Pour le savoir, rien de plus facile : intéressez-vous à la généalogie. vous découvrirez vos parents, vos oncles et tantes, vos nombreux cousins, vos grands parents et cela sur plusieurs générations. Autrefois on se mariait entre gens du village, au plus loin avec nos voisins des villages d'à coté. Et puis sont apparus des moyens de transports : la bicyclette, le train, qui ont permis d'aller plus loin , de rencontrer de nouvelles personnes ce qui s'est traduit par des mariages.

Intéressez-vous à la généalogie, vous allez prendre conscience que vous écrivez vous-même une page d'histoire, de l'histoire de votre famille, mais aussi de l'histoire de notre pays.

L'occasion vous est donnée de découvrir la généalogie puisque nous avons la chance d'avoir, tout près de chez nous à BENAMENIL,Monsieur Michel ROUSSEL qui préside une association reconnue pour ses recherches généalogiques qui font référence.

Plus précisément, l'assemblée générale de "Familles de nos villages" a lieu le Samedi 14  Avril 2018 à 14H.30 Salle d'honneur(Bibliothèque) de BENAMENIL 73 Rue de la Libération.  Monsieur ROUSSEL et ses généalogistes seront heureux de vous accueillir, cette réunion étant à entrée libre. 

Pour en savoir plus, consultez le site sur internet:  http://famillesdenosvillages.chez-alice.fr/

Vous ne serez pas déçu de votre démarche.

Jean  SPAITE   Janvier 2018

vendredi, janvier 5 2018

C'est vous qui le dites... (Janvier 2018)

L'Est Républicain nous donne chaque jour les résultats de sondages réalisés sur les sujets les plus divers.

Sous le titre " Votre avis nous intéresse " vous avez voté sur  www.estrepublicain.fr   :

  • Avez-vous constaté une dégradation des soins dans les hôpitaux publics ?
    OUI: 71%   NON: 21%   Sans avis: 8%     1.302 internautes ont voté    (ER   12/2017)
  • Téléphones portables interdits dans les écoles et les collèges dès la rentrée 2018: faut-il également les interdire dans les lycées ?
    OUI: 75%   NON: 23%   Sans avis: 3%     1.985 internautes ont voté    (ER 12/12/2017)
  • Mettre en place une chorale dans chaque collège et chaque école, est-ce selon vous une bonne idée ?
    OUI: 52%   NON: 39%   Sans avis: 9%     1.387 internautes ont voté    (ER 14/12/2017)
  • Le gouvernement doit-il enterrer le projet de l'aéroport de Notre Dame des Landes ?
    OUI: 66%   NON: 24%   Sans avis: 10%    1.704  internautes ont voté   (ER 15/12/2017)
  • Éprouvez-vous des craintes lorsque vous traversez un passage à niveau ?
    OUI: 37%   QUELQUE FOIS: 26%     NON: 35%   Sans avis:  2%    1.367  internautes ont voté   (ER 17/12/2017)
  • L'utilisation d'un avion par Edouard Philippe pour 350.000 euros vous choque-t-elle ?
    OUI: 77%   NON: 20%    Sans avis: 3%     2.046 internautes ont voté    (ER 22/12/2017)
  • Selon vous, le smartphone peut-il être considéré comme une drogue ?
    OUI: 89%   NON: 9%    Sans avis: 2%     1.374  internautes ont voté   (ER 24/12/2017)

Enfin, c'est vous qui le dites...

Jean SPAITE  Janvier  2018    

lundi, novembre 27 2017

Sourions un peu

Un rabbin et un prêtre sont dans un train.

Rabins et PretresConversation pleine d'intérêt pour l'un comme pour l'autre. On pourrait dire confraternelle.

Le temps passe, l'horloge indiquant bientôt midi, le curé sort de son sac de voyage un sandwich au jambon. Très charitablement, il propose de partager son déjeuner au rabbin. Ce dernier remercie et précise :

- Vous savez, nous n'avons pas le droit dans notre religion de manger du jambon.

Réponse du curé : - Dommage, parce que c'est bon.

Le rabbin reprend le dialogue : - Je pense c'est votre femme qui vous a préparé ce sandwich au jambon ? 

Le curé : - Vous savez , nous n'avons pas le droit dans notre religion d'avoir une femme.

Réponse du rabbin : - Dommage, parce que c'est bon. 

Entendu sur Judaïca le 12/11/2017

Jacques Chirac et les emmerdes

Chirac.jpgJacques CHIRAC, ancien Président de la République écoute avec une visible attention une personne qui lui raconte toutes les difficultés qu'elle a dû surmonter.

Compréhensif, Jacques CHIRAC la réconforte à sa manière :

- Vous savez , les emmerdes , c'est comme les avions : ça vole toujours en escadrille !!

Entendu sur RTL le 13/11/2017

Jean  SPAITE   Novembre 2017

Leçon de morale laïque...

Messe d'enterrementLe JOSEPH est mort (1).  Homme sage, c'était une référence. Quand on avait un problème on allait le voir, lui demander conseil. Il accueillait tout le monde, jeune ou vieux, riche ou pauvre, croyant ou athée. Le JOSEPH est mort et c'est son enterrement aujourd'hui.

Lui, c'était "un homme qui allait à l'église" comme on disait de lui. 

Et ce jour là, il y a beaucoup de monde dans la petite église pour lui rendre un dernier hommage au JOSEPH.

Le ciel était gris, à l'image de l'esprit des gens ici présents. En dehors de l'église, devant la porte d'entrée, il y avait un groupe qui craignait sans doute que l'église ne leur tombe sur la tête, eux qui se revendiquaient laïques, athées ou libre-penseurs.  Les prières et les cantiques ont lieu à l'intérieur de l'église pour le repos de l'âme du JOSEPH.  Dehors, on se rappelle les épisodes de la vie du défunt : Un brave homme aimé de tous.

Soudain, le temps gris devient extrêmement menaçant et se traduit par une grosse averse. Au diable la libre-pensée, le groupe se met à l'abri dans le hall d'entrée sous le clocher. "La Maison du Bon Dieu" accueille les bras ouverts les pauvres hommes déjà bien mouillés. Ces derniers, bien malgré eux, apprécient l'abri : Ils découvrent que l'église est ouverte à tous...  

Le silence qui s'ensuit est rompu par une voix qui dénonce un jeune du groupe en train de crayonner sur une affiche donnant les horaires des messes :

Oh,Oh ! Camarade ! Tu arrêtes d'écrire sur l'affiche. Chez nous, on respecte les affiches du parti. Ici, on respecte les affiches du curé. Compris ?

L'accusé a rangé son crayon en silence.

Belle leçon de morale laïque, que n'aurait pas renié le JOSEPH qui repose là, tout près, dans la nef de la petite église.

(1) Prénom changé par discrétion.

Jean  SPAITE  Novembre 2017

lundi, novembre 13 2017

Curiosité : les prénoms

Les recherches généalogiques que nous poursuivons nous amènent à des découvertes curieuses.

Souvent un patriarche NICOLAS, hommage au Saint patron lorrain, a décliné son prénom à sa descendance : fils, petit-fils, arrière petit-fils. De quoi provoquer des confusions dans l'arbre généalogique. Fort heureusement il y a les dates de naissances et décès qui éclairent le tableau. On retrouve cette situation chez les prénommés HENRI, LOUIS, et JOSEPH. 

Dans les familles royales on attribue des numéros aux HENRI, LOUIS ou JOSEPH. Mais dans nos villages, nous sommes loin des palais et nous ne pratiquons pas cette désignation.

Dans une famille fréméniloise du XXé siècle le père de famille n'a eu que des filles. Pour les prénommer, il a pris la liste alphabétique des Saintes. Son doigt est tombé sur les prénoms commençant par I. Sa progéniture a eu droit à IDA, IRENE, IRMA, ISABELLE. Ayant épuisé à son goût la lettre I il a opté pour la dernière née dans les J, et c'est ainsi qu'elle a eu droit au prénom de JEANINE.

Les noms et prénoms occasionnent quelque fois des rencontres pittoresques : Un père de famille vosgien dénommé MAIRE a fait baptiser son fils GERARD, belle référence au lac de la perle des Vosges, Gérardmer !!

Selon "l'Officiel des Prénoms" en date du Jeudi 19 Octobre 2017, voici la liste des prénoms les plus tendances pour 2018 :

  • Pour les filles  : - LOUISE, EMMA, JADE, CHLOE, ALICE, LEA , LINA, MILA, MANON, INES
  • Pour les garçons : - GABRIEL, RAPHAEL, JULES, LEO, LUCAS, ADAM, LOUIS, LIAM, ETHAN, HUGO

Nous avons connu après la deuxième guerre mondiale les PIERRE et les MONIQUE, puis sont venus les THIERRY et les SYLVIE.

Puisque tout change et que l'on revient souvent à des prénoms oubliés, nous qui explorons souvent les archives, nous vous signalons dans le passé des prénoms qui pourraient revenir à la mode :

  • Pour les filles  :  HORTENSE, CLÉMENCE, ANGÈLE, EUGENIE, HONORINE, ROSINE, PRUDENCE, MARTHE
  • Pour les garçons :  ALBERT, NICOLAS, EDOUARD, FIRMIN, ANTHELME, AMBROISE, THÉOPHILE, HYACINTHE

Et pour les enfants sages : MODESTE et PARFAIT

N'oublions pas que le choix d'un prénom est une affaire importante: Il est attaché à une personne pour toute sa vie.

En attendant : BONNE FETE A TOUS.

Jean  SPAITE   Novembre 2017


Note d'Alain Spaite :

Si vous voulez vous amuser un peu avec les prénoms, voici un site fort intéressant qui nous montre que l'attribution d'un prénom est vraiment une question de mode, d'époque : Prénoms de 1945 à 2015
Vous constaterez ainsi que les Olivier sont nés (essentiellement) en 1971, les Victor entre 1998 et 2000 etc... Des sociétés de vente par correspondance ou autres arrivent ainsi à tracer leurs prospects et envoyer une
publicité ciblée en fonction de l'âge présumé de leur "cible/victime"... Vive le big data !

samedi, novembre 4 2017

Hôpital militaire à Domjevin

HopitalMilitaireDomjevin.jpgL'Est Républicain édition Lunéville du 23 Octobre 2017 nous rapporte un écho historique de la guerre 1914-1918 sous la forme de l’hôpital militaire souterrain de DOMJEVIN. 

Construit de 1916 à 1918, latéralement à la route de MANONVILLER à DOMJEVIN, cet ouvrage important, situé à 3 Km. de la ligne du front existant au Nord et à l'Est, devait accueillir des blessés et permettre de les soigner sous abri des bombardements. L'évacuation des blessés était confiée au réseau ferré de voie de 0,60 qui œuvrait dans tout le secteur. Les petites locomotives DECAUVILLE tractaient des trains-ambulances assurant la mise en sécurité vers l'arrière des blessés ayant reçu les premiers soins. 

Longtemps oublié, l’hôpital militaire souterrain de DOMJEVIN a fait l'objet d'une rénovation ces dernières années par un groupe de bénévoles efficaces sous le patronage d'une municipalité favorable à cette résurrection. Le résultat mérite félicitations.

Bel exemple, en cette période du Centenaire de la première guerre mondiale, pour une opération semblable pour les autres ouvrages subsistants comme les différents blockhaus.

Afin de ne pas oublier ces soldats qui ont servi leur patrie au péril de leur vie... Respectons ces ouvrages militaires qui font partie de notre HISTOIRE. 

Jean  SPAITE    Novembre  2017

Crédit Photographique : Image Est-Républicain

jeudi, novembre 2 2017

Un souvenir ferroviaire

ParisMediterranee.jpgC'est avec une certaine émotion que nous avons découvert cette photographie d'un autorail-manège qui avait un succès certain à la foire attractive de NANCY au siècle dernier.

Que de souvenirs pour les petits et les grands, les enfants qui avaient plaisir à faire un voyage, certes circulaire, mais baptisé "PARIS-MEDITERRANEE". Quant aux parents, tout en savourant la joie ressentie par leurs jeunes voyageurs, ils admiraient sans retenue la beauté d'un manège de bonne facture, tout en se rappelant des souvenirs qui allaient du train miniature de leur enfance à d'autres trains plus grands qui les avaient fait voyager depuis des années.

Et il y avait des spectateurs assidus, qui venaient là pour admirer eux aussi la belle maquette du manège et, parmi ceux-ci, il y avait des puristes ferrovipathes impénitents qui détaillaient l'engin, lui reprochant des différences par rapport aux matériels moteurs existants sur le grand réseau: les célèbres MICHELINES !  Mais tous étaient attirés par ce petit train exceptionnel qui gardait son succès dans un monde agité où régnaient les "Autos- tamponneuses".

C'était au siècle dernier, le mini-autorail a circulé sur la foire nancéienne depuis 1945 jusque 1990. Il a emporté dans ses voyages à la vitesse de 7 Km./Heure des milliers d'enfants en laissant chez chacun un souvenir impérissable.

Bonne nouvelle: pour les festivités de la Saint NICOLAS de 2017, le petit train après rénovation complète sera de retour à NANCY sur la Place Carrière, derrière la porte Héré, tout près de la Grande Roue installée début Décembre prochain.  Les petits enfants d'hier sont devenus des Papas aujourd'hui : ils vont faire découvrir à leurs descendants le PETIT TRAIN de leur jeunesse.

Que de souvenirs, mais aussi que de bons moments en perspective pour les jeunes voyageurs du XXIe siècle.

Et les spectateurs viendront, c'est sûr, regarder passer le train !!..

Nostalgie, quand tu nous tiens.

Jean  SPAITE   Novembre 2017

Crédit photographique : l'Est Républicain du 19/10/2017

samedi, septembre 2 2017

Pour les amoureux des trains (Septembre 2017)

Notre chronique à destination des ferrovipathes des mois d'été se doit de vous rappeler qu'il est toujours temps d'aller visiter les réseaux touristiques de notre secteur :

  • Le Chemin de fer du Val de Passey à CHOLOY-MENILLOT Tél. 06.70.58.76.10
  • Le Petit train du Fort de VILLEY le SEC             Tél. 06.03.15.49.92

Les bénévoles qui "font marcher les trains" attendent votre visite. 

Et à la télévision, sur France 5, ne loupez pas l'émission "Des trains pas comme les autres". Grâce à Philippe GOUGLER vous découvrirez des trains du monde entier. Nous vous recommandons particulièrement les trains SUISSES.

Jean SPAITE     Août/Septembre  2017

mercredi, août 30 2017

C'est vous qui le dites...

L'Est Républicain nous donne chaque jour les résultats de sondages réalisés sur les sujets les plus divers.

Sous le titre "Votre avis nous intéresse", vous avez voté sur www.estrepublicain.fr  :

  • ER du 7/7/2017 -- Faut-il taxer plus lourdement les poids lourds pour entretenir nos routes ?
    OUI 73%, NON 23%, Sans avis 4%
    1314 internautes ont voté.
  • ER du 16/7/ 2017 -- Le gouvernement a-t-il eu raison de réduire le budget des armées ?
    OUI 32%, NON 62%, Sans avis 6%
    952 internautes  ont voté.
  • ER du 20/7/2017 -- Faut-il diminuer le nombre d'élus locaux ?
    OUI 92%, NON 6%, Sans avis 2%
    1159 internautes ont voté.

En tout cas, c'est vous qui le dites...

Jean SPAITE   Août 2017

mercredi, juillet 26 2017

Pour les amoureux des trains (Juillet 2017)

Des Nouvelles de La Suzanne.

La belle revue bimestrielle de la FACS (1) "Chemins de Fer Régionaux et Tramways" en son N° 382- Juillet/ Août 2017 nous donne des nouvelles du Chemin de Fer Historique de la Voie Sacrée [CFHVS] (2) à BAR le DUC et tout particulièrement de la "Suzanne".

LaSuzanne.jpg

Cette locomotive à vapeur 031T Corpet nous est montrée en page 21 à l'état d'épave telle qu'elle fut récupérée par le CFHVS chez le ferrailleur VAILLANT à St VALERY s/ SOMME. A la page 22 nous voyons la Suzanne complètement restaurée et prête à circuler sur la voie métrique de 4,200 Km en cours de travaux. Celle qui appartenait au chemin de fer Meusien sous le N° 26 (CM26) après avoir connu les dures épreuves de la 1ère guerre mondiale pour la desserte du front de VERDUN, après avoir connu l'oubli chez le ferrailleur, est ressuscitée maintenant et a même été classée Monument Historique en 2008.  Le travail exemplaire de l'Association du Chemin de Fer Historique de la Voie Sacrée ne s'est pas limité à la résurrection de la locomotive "La Suzanne" mais s'est poursuivi par la récupération et la remise en état d'une rame historique comprenant notamment une voiture salon du Meusien dite "Poincaré" utilisée notamment par la-dite personnalité. En complément, une animation par des bénévoles en costumes d'époque donna une ambiance digne d'intérêt lors des manifestations commémoratives du centenaire de la guerre 14-18. Rendez-vous prévu en 2018 à BAR le DUC où la Suzanne et son train historique vont circuler sur la voie métrique totalement terminée. De belles heures pour les amoureux des trains, mais de belles heures aussi pour les amateurs de l'Histoire.

  (1) FACS >  Fédération des Amis des Chemins de fer Secondaires.
              Gare de l'Est - BP 20292 - 75463 PARIS Cédex 10
              htt :/www.trains-fr.org

  (2) CFHVS > Chemin de Fer Historique de la Voie Sacrée.
                                          55    BAR le DUC

A propos du Tour de France.

Comme rappelé dans notre dernier écho (De tout, un peu), le Tour de France cycliste est l'occasion de voir à la télévision des images formidables de notre beau pays. Si nous découvrons des châteaux, des églises et des monuments les plus divers, notre œil avisé d'amoureux des trains sait découvrir dans le paysage des lignes de chemin de fer, qu'elles soient à grande vitesse ou des lignes classiques de notre réseau national. Ce n'est pas sans tristesse que nous retrouvons des ouvrages d'art abandonnés, des viaducs imposants aux signatures célèbres qui, aujourd'hui hélas, ne voient plus passer de trains pour lesquels ils ont été conçus. Quelques trains touristiques répondent encore "présent", relevant fièrement leur active trace par monts et par vaux. Marque d'espoir, témoignage d'une mémoire industrielle qui ne veut pas s'effacer ?...

N'oublions pas qu'au fil des ans, des Romains à nos jours, l'Histoire de notre pays est vécue par les monuments qui nous restent.

A l'occasion du passage dans notre région de la troisième étape du Tour (MONDORF les BAINS-VITTEL), la vue aérienne de l’aqueduc romain de JOUY aux ARCHES nous parle d'une époque à l'architecture audacieuse en marche vers l'avenir, au même titre que la ligne à grande vitesse PARIS-EST-EUROPEEN qui franchit la vallée de la Moselle à VANDIERES par un ensemble d'ouvrages d'art successifs dont le viaduc de 1.500 mètres à CHAMPEY s/ Moselle au-dessus du cours d'eau, le plus long viaduc de la ligne.

Aqueduc_Jouy_aux_Arches.jpgViaduc_Champey.jpg

Comme quoi l'Histoire s'écrit aussi dans notre paysage. A chacun de savoir la lire...

Jean  SPAITE  Juillet 2017

Crédit photo : L'image de la Suzanne provient du site Verdun-Meuse.fr
La photo de l'aqueduc de Jouy du site tourisme-lorraine.fr
Celle du Viaduc de Champey provient de Wikipedia

vendredi, juin 9 2017

Pour les amoureux des trains : Le chemin de fer minier de Maron - Val de fer

Val-de-fer_Entree_de_la_mine_au_temps_de_la_vapeur.jpgL'Est Républicain du 16 Juillet 2016 (il y aura bientôt un an) publie un article "Neuves-Maisons: Le tourisme industriel, une mine à exploiter". On y évoque notamment le travail historique de "l'ATELIER MEMOIRE OUVRIERE" AMO qui a abouti à l'inscription en Novembre 1992 à l'inventaire des Monuments Historiques de Lorraine de l'imposant accumulateur de grande capacité de minerai de fer construit en 1930 au Val de Fer par l'entreprise ZUBLIN, hautement spécialisée dans les ouvrages en béton armé.

De cette structure technique du Val de Fer partait une ligne de chemin de fer qui assurait l'acheminement du minerai depuis la mine jusqu'aux Aciéries de Neuves-Maisons. D'une longueur de 5,100 Km., à l'écartement de 1 m., la ligne à voie unique descendait les différences de niveaux par des alignements et des courbes bien étudiées  adoptant une pente maximum de 30 mm. par mètre. Les convois de wagons-trémies chargés de minerai, primitivement tractés par des locomotives à vapeur jusqu'en fin 1956, ont été assurés à partir de cette date par des locomotives Diesel de couleur verte de 36 tonnes et d'une puissance de 330 CV. Chaque jour, ce système de transport ferroviaire assurait une descente régulière de 6.000 tonnes de minette lorraine jusqu'aux Aciéries de Neuves-Maisons.

Rappelons que la mine proprement dite était desservie par le réseau du fond, un ensemble de voies ferrées à l'écartement de 0,685 m. partant du front d'abattage et remontant vers l'entrée de la mine où se trouvaient les installations du carreau. Les convois de berlines chargées de minerai, tirés par des petites locomotives électriques, alimentaient le concasseur et l'imposant accumulateur ZUBELIN situé en surface.

Cette évocation fait partie du passé puisque depuis le 31 Décembre 1968 la mine de Maron Val de Fer a cessé ses activités entraînant la fermeture de la ligne de chemin de fer éponyme. La minette lorraine ayant été concurrencée par le minerai mauritanien éminemment plus riche en métal et plus rentable en dépit du coût du transport.

Tout cela, c'était hier, il y a un demi siècle déjà !!

L'article de l'Est Républicain rappelé ci-avant mentionne "le projet de relancer le train du Val de Fer et intensifier les visites des mines".  Aurons-nous un jour la chance de voir circuler un train touristique transportant ses voyageurs depuis Neuves-Maisons jusqu’à la mine du Val de Fer où déjà à l'heure présente les bénévoles de l'AMO assurent la visite de la mine ?  On peut raisonnablement l’espérer.

Voici quelques photos provenant d'un article que j'avais rédigé en Janvier 1965 sur le chemin de fer minier Maron-Val de Fer

Val-de-fer_Pont_franchissant_la_RN74.jpg

1. CP 1916 - Le pont du chemin de fer franchissant la RN74 Nancy-Neufchateau

Val-de-fer_Locomotive_Diesel_No.1_quitte_le_2e_niveau.jpg

2. La locomotive diesel No.1 quitte le 2e niveau. Au fond, l'ancienne entrée de la mine servant de remise à locomotives diesel. Au dessus, les berlines du réseau de fond stationnent au 3ème niveau.

Val-de-fer_Rame_de_wagons_tremie_en_cours_de_chargement.jpg

3. Une rame de wagons-trémies en cours de chargement sous les trémies des accumulateurs du carreau de la mine.

Val-de-fer_Rame_de_minette_traversant_Chavigny.jpg

4. La rame lourdement chargée de minette va traverser la commune de Chavigny. Vue prise depuis l'ancien PS du tramway Nancy-Pont Saint Vincent

Val-de-fer_Rame_vide_remontant_a_la_mine.jpg

5. La rame vide remonte à la mine. Vue prise à Chavigny depuis l'ancien PS du tramway Nancy-Pont Saint Vincent

Pour aller plus loin :

  • "Atelier Mémoire Ouvrière AMO-Ceux du fer." Place de la gare 48bis Rue Général Thiry 54230 NEUVES-MAISONS.
  • "Le Chemin de fer minier de Maron-Val de Fer"
    La Vie du Rail N° 1030 du 23 Janvier 1966- Pages 17 à 20- Article Jean SPAITE.

Jean SPAITE   Juin 2017


dimanche, janvier 1 2017

Les élus se retroussent les manches

On n'invente rien !

C'est en glanant dans les quotidiens des jours passés que nous avons retrouvé cette coupure ayant pour titre : "Les élus se retroussent les manches" parue dans l'Est Républicain du Vendredi 12 Août 2016.

ER160812.jpg

Nous sommes à DALHAIN, commune du département de la Moselle, arrondissement de Sarrebourg-Chateau Salins, dont la population s'élève à 122 Habitants (Recensement 2013). Une photographie présente deux personnes s'activant à la rénovation des murs d'une pièce d'un bâtiment avec comme commentaire: " Rentrer de l'argent et faire baisser les coûts de fonctionnement: un coup de pouce pour le village".

Cet article peut nous amener à réfléchir vu le nombre de travaux qu'il reste à réaliser en local.

Notons que nous sommes ici une commune un peu plus grande (208 Habitants Recensement 2013) et que déjà, pendant son mandat municipal de 30 ans (de 1965 à 1995), notre ancien maire Yves ADAM a attribué aux œuvres sociales de la commune les honoraires relevant de ses fonctions. Cette décision généreuse et discrète a été suivie par son successeur Pierre T. (de 1995 à 2001). [Voir notre article "Le saviez-vous?" du 21 Janvier 2014-Anciens maires].

Dans une actualité plus récente, on pourrait retenir l'exemple de la petite commune mosellane de DALHAIN qui donne une solution pour faire face aux dépenses de travaux.

Jean  SPAITE   Décembre 2016.

mardi, décembre 27 2016

Attendez-vous à savoir...

De 1949 à 1960, on pouvait entendre sur les ondes de Radio Luxembourg une journaliste à la voix si particulière qui avait le don de prédire les événements. Sous le titre: "Les dernières nouvelles de demain", la journaliste de politique internationale Geneviève TABOUIS née Le QUESNE (1892-1985) nous annonçait avec précision les accords et les désaccords entre nations et tous les soubresauts de notre monde en plein mouvement. Elle avait des phrases devenues célèbres qui marquaient ses chapitres, ses sujets : "Attendez-vous à savoir...", "J'ai encore appris...", "Et vous saurez..."   Elle savait tenir son auditoire en haleine et toutes ses annonces se réalisaient immanquablement dans les jours ou les mois suivants. A l'issue de sa chronique toujours passionnante, elle concluait par une échappée devenue légendaire : "A dimanche prochain pour les dernières nouvelles de demain."

Pourquoi évoquer Geneviève TABOUIS la journaliste du siècle dernier qui nous annonçait les événements à venir avec tant de véracité ?

C'est la lecture de l'Est Républicain du 11 Décembre 2016 qui provoque ce rapprochement.

Sous le titre "Nos villes vont devenir invivables", c'est le cri d'alarme de l'écrivain Christian SIGNAL, dans son dernier livre "Dans la paix des saisons" (Albin Michel) les bonheurs et les souffrances de la France Rurale. Le héros du livre de Christian SIGNAL croit que le balancier de l'histoire ramènera tout le monde à la campagne parce que les villes vont devenir invivables. Et l'écrivain de conclure: "Quand la ville sera vraiment devenue insupportable, les gens, par raison, reviendront dans des lieux plus paisibles".

Et nous voici de retour dans nos campagnes, dans nos villages qui immanquablement doivent s'attendre à "un retour à la terre", non pour y exercer une activité agricole, mais bien pour y vivre au calme, loin des encombrements des carrefours des villes, de ses bouchons, de ses pollutions.

Alors, au lieu de s'enfermer dans son cocon, le monde rural se doit de préparer l'avenir.

Geneviève TABOUIS dirait : " Attendez-vous à..."

Jean SPAITE      Décembre 2016.

mercredi, novembre 2 2016

Pour les amoureux des trains... (Novembre 2016)

L'Est Républicain du Lundi 31/10 2016, page Région RL021, sous la rubrique "Les coulisses de la politique" nous donne des informations intéressantes :

VANDIERES: Masseret épinglé par la FNAUT au Congrès National.

On connaissait le "carton rouge" au football et le "prix citron" en politique.

Voici, en matière de transport cette fois le "ticket rouge" attribué par la FNAUT (Fédération Nationale des Usagers des Transports) à Jean-Pierre Masseret.
Lors du congrès national à STRASBOURG le 23 Octobre, les oreilles de l'ancien président du conseil régional de Lorraine ont sifflé vertement. Monsieur Masseret a ainsi été épinglé par le mouvement. "Il a fait échouer par son comportement irresponsable le projet de la gare TGV-TER de VANDIERES alors qu'il avait promis la réalisation à maintes reprises et avait en mains tous les moyens pour le faire aboutir".  
2016-11-02-102817_471x252_scrot.png

Après SCHENGEN, PERL réclame aussi VANDIERES.

Les courriers des mairies de Lorraine et d'ailleurs réclament que la gare d'interconnexion de VANDIERES soit réalisée, continuant de s'accumuler chez les défenseurs du projet. Mais pas seulement. Dernier en date, celui du maire de PERL (Allemagne) qui rejoint l'avis de la commune de SCHENGEN. Un courrier développant le "plein soutien" pour VANDIERES "composante majeure pour la réalisation d'un réseau d'infrastructures accessibles à tous". Rappelons que, dans le Grand Est, la Lorraine, pourtant plus peuplée que l'Alsace et la Champagne-Ardenne, est la seule à ne pas avoir de gare d'interconnexion sur son territoire.

Attendons la suite...

Jean  SPAITE  Novembre 2016.

lundi, octobre 31 2016

Pour les amoureux des trains (Encore...)

Décidément, il n'y en a que pour les trains dans ce pays-là !!!

PanneauGareTacot.jpg
Et pourtant il nous a quitté depuis 1942 mais quel souvenir il a laissé sur un air de regrets dans toute la région desservie qui se transmet même dans les générations qui ne l'on pas connu. A tel point que pour la réalisation de la fresque constituée par des tableaux peints exposés au centre du village, le PREMIER à être réalisé a été "la gare LBB de FREMENIL avec l'arrivée du TACOT".

Les collectionneurs de cartes postales reconnaîtront facilement l'ancienne photographie réalisée par Monsieur BASTIEN libraire-éditeur à LUNEVILLE en 1911 peu après l'inauguration de la ligne, qui a servi d'inspiration au groupe d'amateurs talentueux du club de peinture local. Sur la carte postale d'origine figuraient : au centre, Mademoiselle Germaine KREMER, "la première Chéfesse de gare" avec son tablier blanc, avec à gauche Monsieur Adolphe HEFTER, le patron du café du village également boulanger, qui vouait une profonde admiration pour le TACOT, symbole de l'ère moderne.

Nous sommes certains que des "Amoureux des Trains" voudront faire une petite visite à notre village lorrain pour, eux aussi, voir encore " LE TACOT " .

Jean  SPAITE     Novembre 2016

dimanche, octobre 30 2016

La JAC (Jeunesse Agricole Catholique) dans notre Lorraine

Sigle_JAC.jpgEn 1929 est né le mouvement JAC (Jeunesse Agricole Catholique) se donnant comme objectif l'union des jeunes catholiques en monde paysan qui, en ces années de première moitié du XXème siècle représentait une part importante de la population totale du pays (53,7 % en 1921 et 48 % en 1936). Pour information notons qu'en 1846 76 % de la population française était majoritairement rurale soit les 3/4 de la population totale et, en 1990 nous arrivons à un taux de 25,9 % soit le 1/4 de la population totale. En 2015, ce chiffre atteint à peine les 20 %. (Données Banque Mondiale)

Dans notre village à cette époque du siècle précédent, ils étaient nombreux garçons et filles a adhérer à ce mouvement catholique nouvellement créé qui touchait une génération de 18 à 36 ans. Les activités de la JAC visaient à l'information des jeunes dans leur métier avec la découverte de méthodes de culture, l'équipement agraire avec le modernisme à venir, la gestion des exploitations. Tout cela dans un esprit de fraternité catholique, de coopération et d'exigence du respect d'une profession menacée déjà par l'exode rurale.

C'est dans le village de MAIXE (54) à 7,5 Km au Nord-Ouest de LUNEVILLE et à 30 Km de NANCY que Charles JACQUES voit le jour le 16 Février 1900 dans une famille lorraine faisant partie du monde agricole. Il était d'une santé fragile et décide très tôt devenir prêtre. Il est ordonné le 12 Juillet 1925 à l'âge de 25 ans, le 22 Août de cette même année il est nommé vicaire à Ste Jeanne d'Arc à LUNEVILLE et le 12 Août 1926 il est désigné sous-directeur des Oeuvres Agricoles compte tenu de ses précieuses connaissances et de ses orientations du monde paysan.

Très sensible à la situation de la jeunesse dans un environnement rural qu'il connaît bien il décide de créer un mouvement d'inspiration religieuse pour épauler cette génération. Il va l'appeler JAC (Jeunesse Agricole Catholique) en jeu de mot avec son nom propre JACQUES. La JAC va rencontrer un succès certain dans nos villages lorrains à une époque où la pratique religieuse était particulièrement importante. C'était l'époque des Jacistes et des Semeuses qui tenaient tant à coeur de son fondateur. L'Abbé JACQUES va se dépenser sans compter pour cette jeunesse agricole qui lui est contemporaine.

"C'était un chef et un entraîneur. Quand on l'avait trouvé une fois sur sa route, on ne pouvait plus le quitter". ("En avant" - Mai 1939)

Il devient le premier aumonier diocésain de la JAC et cumule les fonctions dans les mouvements mutualistes :

  • Secrétaire général de l'ULSA (Union Lorraine des Syndicats Agricoles, présidé à l'époque par le Colonel LYAUTEY.
  • Secrétaire de la Caisse Lorraine d'Assurances Mutuelles Incendies.
  • Président de la Mutualité des Familles Lorraines.

Par ses talents littéraires on le retrouve, sous le pseudonyme de Jean DEMAY, écrivant des nouvelles paysannes (L'Oncle Alfred). Il publie un livre sur l'origine de la JAC en Meurthe et Moselle "Pour que la terre ne meure pas", et sous le titre "Les Heures Paysannes" il présente en 1933 un cycle sur la crise morale de l'agriculture.

Avec une vie hyper active, malgré une santé délicate, l'Abbé JACQUES remplit sa mission auprès d'un monde paysan qui aspire a être épaulé dans l'incertitude de l'avenir. Quelle belle figure que ce prêtre plein de dévouement qui s'éteint pieusement le 17 Mai 1939 à l'âge de 39 ans dans son village natal de MAIXE.
"Il vit venir la mort et l'attendit dans la paix de son coeur" (Sagesse).
Ne l'oublions pas.

Charles_Jacques.jpg
In fine, citons un extrait de ses propres écrits "Un mouvement de jeunesse paysanne" :

"Travailleurs aux mains calleuses, chrétiens à la foi simple et forte, saintes au sourire si doux, du haut du Paradis où vous avez trouvé la juste récompense de vos sacrifices obscurs et de vos vertus sublimes, priez pour vos fils et vos filles. Priez pour que la jeunesse paysanne qui monte à la vie, soit digne de continuer votre labeur et de remplir la noble mission qui lui est confiée : celle de garder au Christ"
"la belle France et la vaillante race française."   Abbé Charles JACQUES 1900-1939  Prêtre fondateur de la JAC.

Vous pouvez retrouver la tombe de l'Abbé JACQUES au cimetière communal de MAIXE.  Qu'il repose en Paix.

Jean SPAITE    Octobre 2016


NOTA:
  1. La JAC à partir de 1963 a été reprise par le MRJC (Mouvement Rural de Jeunesse Chrétienne)
  2. La Lorraine peut-elle être qualifiée de terre de vocations des mouvements de jeunesse chrètienne ?
    Rappelons qu'un enfant du Toulois a consacré sa vie aux jeunes travailleurs. Il s'agit de Georges GUERIN né à ECROUVES-GRANDMENIL (54) le 24 Octobre 1891, ordonné prêtre le 29 Juin 1925. Il est le fondateur de la JOC française en 1927 (Jeunesse Ouvrière Catholique).
    "La vie d'un jeune travailleur vaut plus que tout l'or du monde"
    L'Abbé Georges GUERIN est décédé le 15 Mars 1972 à l'âge de 80 ans.

Tombe_Charles_Jacques.jpg

jeudi, octobre 20 2016

Pour les amoureux des trains (Octobre 2016)

Il n'y a pas longtemps, le 31 Aout 2016, nous faisions un petit écho pour inviter à profiter des beaux jours pour faire encore une visite à des lignes de chemin de fer géré par des bénévoles qui méritent votre rendez-vous. Parmi les réseaux évoqués, nous avions en tout premier lieu signalé le Chemin de fer du Val de Passey à CHOLOY-MENILLOT près de TOUL.

ColetteMaginot.jpgA chaque ouverture de l'exploitation au public, on avait l'habitude de la voir, toujours active et souriante, la Présidente de l'Association du Chemin de Fer du Val de Passey, Madame Colette MAGINOT veuve du fondateur du réseau Jacques MAGINOT qui nous avait quitté en 1998. Pendant plus de 40 ans, épaulant son mari grand amoureux des trains, le couple ferrophile avait apporté beaucoup de joie aux milliers de voyageurs venus découvrir les belles locomotives à vapeur Simone et Charles tractant leurs rames en parfaite finition. Madame Colette MAGINOT vient de s'éteindre le 27 Septembre 2016 à l'âge de 83 ans.

Toute l'équipe du site fremenil.com, ainsi que tous les amoureux des trains qui le fréquentent, présentent à son fils Patrick et à sa famille nos condoléances émues.

Jean SPAITE    Octobre 2016.

Source : Article de l'Est Républicain - Photo Est Républicain

Pour les amoureux des trains... et des tramways

TramwayStrasbourg.jpgL'Est Républicain du 17 Octobre 2016 nous informe :

En réponse à un sondage proposé aux lecteurs de l'édition de Nancy sur le site Web de l'Est Républicain :

Pensez-vous qu'un tram sur rails soit une bonne solution pour remplacer le Bombardier en fin de vie sur la ligne 1 ?

Sur 675 réponses,
  NON à   26 %
  OUI à   66 % 
  Sans opinion  8 %

La réponse est claire : il y a une majorité 66 % de votants favorables à la solution d'un vrai tramway circulant sur des rails pour desservir la métropole nancéienne.

Attendons la suite car la décision officielle définitive doit être publiée prochainement.

Jean  SPAITE  Octobre 2016

Illustration : Une photo du Tramway de Strasbourg (Source: Wikimedia) en attendant de pouvoir afficher une photo du tramway de Nancy...

mercredi, août 31 2016

Pour les amoureux des trains (Août 2016)

Nous avons eu l'occasion de vous informer des lieux où vous pouviez profiter de l'exploitation d'une ligne de chemin de fer par une poignée d'amateurs souvent bénévoles qui apportent une animation bienvenue dans une région [voir notre article "Pour les amoureux des trains (Avril 2016 )"  avec une liste d'une vingtaine de réseaux].
 
Par ailleurs, on nous signale cette année que le tourisme en notre pays est en baisse. Ce constat affecterait tous les domaines et les lignes de chemins de fer touristiques font partie de cette baisse de fréquentation.

Si vous voulez épauler les associations qui assurent la vie de ces lignes ferroviaires sans toutefois vous ruiner, n'hésitez pas à venir rendre visite à des exploitations près de chez vous. Nous vous donnons trois destinations, mais vous pouvez aller plus loin : les petits trains valent le déplacement. Vous ne le regretterez pas. Pourquoi pas le but d'une prochaine sortie en famille ?

Faites-vous plaisir en aidant ces bonnes volontés, dont on a besoin pour un tourisme en bonne santé.


Jean SPAITE    Août 2016.


Crédit photographique : Site du chemin de fer du Val de Passey

- page 2 de 5 -